Page:Sand - Rose et Blanche ou la comédienne et la religieuse, Tome III, 1831.djvu/208

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Longueville, confions cette mission délicate à Graboska. » Une envie de rire réprimée fit pincer toutes les bouches. Mademoiselle de Graboska fut la seule qui ne se douta point qu’on la raillait.

« Que faudra-t-il lui demander ? dit-elle avec un sang-froid imperturbable.

« — Vous aurez soin de lui faire prononcer certains mots, dit Émilie de Longueville. On connaît la qualité des gens à l’r et à l’s.

« — Je ne peux pas m’apercevoir de ces petites distinctions, reprit Wilhelmina avec la même confiance. Je suis étrangère, moi. »