Page:Sand - Rose et Blanche ou la comédienne et la religieuse, Tome III, 1831.djvu/244

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


« Sœur Adèle de Borgia, dit la supérieure à l’institutrice, interrogez cette bonne âme sur ses connaissances temporelles. Dieu seul peut être juge de la vocation ; mais dans notre ordre nous sommes consacrées à l’éducation de la jeunesse, il faut donc l’instruction religieuse et profane. »

Madame Adèle prit son maintien froid et sévère ; mais en voyant le trouble de la pauvre Blanche, elle donna aussitôt à sa figure et à sa voix une expression de bonté dont on ne l’eût pas crue susceptible au premier abord. Peu à peu la postulante se rassura et répondit à toutes les ques-