Page:Sand - Rose et Blanche ou la comédienne et la religieuse, Tome III, 1831.djvu/55

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


certains instans que parce qu’en ces instans l’occasion ne les a pas faits scélérats. Nous sommes rarement prêts à marcher de pair avec notre destinée ; mais elle est toujours sur nous pour s’en moquer, et nous dire comme à des enfans : À qui tient-il ?

Maurice se jeta dans son fauteuil et rêva pendant un moment qu’il était Titien. Il fit dans son cerveau une tête belle comme celle du jeune homme habillé de noir qui se trouve dans la grande salle du Musée, et qu’aucune femme bien mise n’a jamais remarquée, parce qu’il est coiffé comme un abbé, et que sa