Page:Sandeau - Sacs et parchemins.djvu/121

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Votre nom n’a pas été prononcé une seule fois à la Trélade depuis que nous l’habitons. Voilà une heure au plus que je dois au hasard de l’avoir entendu pour la première fois. C’est qu’à coup sûr le vicomte de Montflanquin ne vous sait pas de retour dans vos terres, autrement, j’aurais peine à comprendre…

— Pardon, mademoiselle, reprit la marquise l’interrompant : est-ce que la personne qui s’est chargée de vous diriger dans le choix de vos relations serait par aventure…

— Le vicomte de Montflanquin, oui, madame.

— Je m’explique très bien, répliqua la marquise avec hauteur, que le vicomte de Montflanquin n’ait pas été tenté d’ouvrir à monsieur votre père les portes d’un château dont il n’a pas les clés. Mais, mademoiselle, ajouta-t-elle gaiement, si M. Levrault ne s’est présenté que dans les maisons où le