Page:Sandeau - Sacs et parchemins.djvu/426

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


bassade qu’il lui faut ; mais quelle ambassade lui donnerons-nous ? J’ai disposé hier de Londres et de Vienne. Saint-Pétersbourg et Berlin sont à moitié promis. Madrid a trop peu d’importance ; croyez-vous qu’il accepte l’ambassade de Constantinople ? J’hésitais à répondre, n’osant m’engager pour vous, quand le ministre a tranché la difficulté. J’ai son affaire, m’a-t-il dit en se frappant le front. Pour un esprit hors ligne comme le sien, je crée une mission exceptionnelle, une mission sans précédents. La France a reconquis les dépouilles de Napoléon ; elle doit à son honneur et à sa dignité de reconquérir les dépouilles de Charlemagne.

— Les dépouilles de Charlemagne ! interrompit M. Levrault ébahi.

— La France de février, m’a dit le ministre dont l’œil s’enflammait, ne renie pas le passé, ne s’effraie pas du souvenir des