Page:Sardou - La haine.djvu/52

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
26
LA HAINE.


Scène X.

Les Mêmes, CORDELIA.



TOUS, à sa vue, avec admiration pour son audace.

Ah !… Bien, la femme !… bien !…


CORDELIA.

La voici, la Cordelia !… Que lui voulez-vous ?…


ORSO.

Femme !… cette herse nous ferme le chemin du Campo ! donne, à tes valets l’ordre de l’ouvrir !…


CORDELIA, avec hauteur.

Et qui donc es-tu toi, pour me parler de la sorte ?…


ORSO, avec violence.

Peu t’importe mon nom !… je suis le vainqueur, c’est-à-dire celui qui commande !… vite !…


CORDELIA, ironiquement.

Et cependant !… qu’arriverait-il, ô vainqueur ! si je refusais de t’obéir ?… (Murmures des Guelfes.)


ORSO.

Il arrivera, qu’au lieu de t’épargner,… ton logis et toi, je mettrai tout, en poussière !…


CORDELIA.

Eh bien, commencez donc par là… et tu passeras alors ! (Mouvement pour rentrer chez elle. — Clameurs des Guelfes.)


ORSO, vivement.

Cordelia !… (Cordelia s’arrête.) Prends garde à ce que tu vas faire ! C’est trop déjà que tu sois de la race maudite des Sara-