Page:Sardou - La perle noire, les trois ciseaux et le rosier de Schubert, 1862.djvu/107

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

― Christiane, continua la bonne femme sans l’écouter. Une enfant qui vient du bon Dieu !...

― Mais voyons, voyons, demanda Tricamp, puisque ce n’est pas vous !...

― Ah ! je l’aimerais mieux, monsieur ! répliqua Gudule désespérée ; j’aime mieux qu’on m’accuse... Accusez-moi, tenez !... Une vieille comme moi,... qui suis toute finie,... qu’est-ce que ça me fait ?... J’irai rendre mes comptes là-haut, et ça ne tardera pas... Mais cette enfant-là ! Je ne veux pas qu’on y touche, monsieur... Ah ! monsieur Balthazar, n’y laissez pas toucher, c’est sacré !... N’écoutez pas ce méchant homme-là ; c’est lui qui mène tout ! »

Sur un geste de M. Tricamp impatienté, les