Page:Sardou - La perle noire, les trois ciseaux et le rosier de Schubert, 1862.djvu/99

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

« Voyons, voyons, ma bonne femme, lui dit M. Tricamp, remettez-vous !

― Jésus Dieu ! mon bon maître ! s’écria Gudule à la vue de Balthazar. Qu’est-ce qu’il y a donc ?... Ils m’ont réveillée si brusquement !... Ah ! mon Dieu, qu’est-ce qu’on me veut donc ?

― Rassure-toi, ma bonne Gudule, répondit Balthazar ; ce n’est pas de toi qu’il s’agit... Mais on m’a volé : nous cherchons le coupable.

― On a volé ?

― Oui.

― Ah ! mon Dieu ! reprit la pauvre vieille servante désespérée ; mais jamais ce n’est arrivé, ça ; mais voilà trente ans que je suis dans la maison, et il n’a jamais disparu une épingle !... Ah ! mon Dieu ! mon Dieu !... il