Page:Satires d'Horace et de Perse.djvu/241

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.




PROLOGUE.




D’où me viendrait cette chaleur soudaine
Qui brûle au sein des enfans d’Apollon ?
Ai-je dormi sur l’Hélicon,
Ou me suis-je abreuvé, dans le sacré vallon,
Des eaux de sa docte fontaine ?
Je ne m’en souviens pas, et je laisse Pirène,
J’abandonne le double mont
À ces poètes dont le front
Aime à se couronner des palmes d’Hippocrène.
Toutefois de ces grands auteurs,
Rustique et simple encore, osant suivre l’exemple,
Je viens aussi, dieu puissant des neuf sœurs,
Déposer mes vers dans ton temple.
Quel maître au perroquet, à la pie, au corbeau,
En façonnant leur voix rauque et sauvage,
Pour imiter notre langage,
Leur sut prêter un accent nouveau ?
La faim qui donne le génie ;

16