Page:Sauvage - Tandis que la terre tourne, 1910.djvu/138

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
138
tandis que la terre tourne


N’ES-TU PAS DANS MON SEIN…


N’es-tu pas dans mon sein le jeune enfant Amour
Qui, le dernier printemps, me parlait sous les roses,
Toi qui nous mens parfois dans ton œil de velours
Et qui tiens un carquois dans tes menottes closes !

Tu me disais : je veux connaître les jardins
Où votre âme se mire à de tristes fontaines,
Je veux descendre en vous par les rayons câlins
Que jettent sous les cils vos prunelles châtaines.