Page:Say - Lettres à M. Malthus sur l’économie politique et la stagnation du commerce.djvu/163

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


production était telle, le bas prix des bas ou de tout autre vêtement qu’on pourrait faire à l’instar des bas, en favoriserait tellement la consommation, qu’au lieu de voir les cent mille ouvriers qu’on y suppose employés, tomber à douze cent, on les verrait probablement s’élever à deux cent mille.

Et si la consommation de cet objet en particulier, n’admettait pas cette multiplication excessive d’un même produit, la demande augmenterait relativement à plusieurs autres ; car, faites attention, qu’après l’introduction des machines, il se trouve toujours dans la société les mêmes revenus, c’est-à-dire le même nombre de travailleurs, la même somme de capitaux, les mêmes fonds de terre. Or, si au lieu de consacrer, sur cette masse de revenus, 50 millions par an pour des bas, on n’est plus, au moyen des métiers, obligé d’en dépenser que douze, les 38 millions qui restent, sont applicables à d’autres consommations, si ce n’est à l’extension de la même.