Page:Say - Lettres à M. Malthus sur l’économie politique et la stagnation du commerce.djvu/44

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


achetées qu’ainsi ; que c’est toujours par de tels services qu’on donne de l’utilité et de la valeur aux choses ; et qu’ensuite deux partis se présentent à nous : celui de consommer nous-mêmes l’utilité et par conséquent la valeur que nous avons produite ; ou bien de nous en servir pour acheter l’utilité et la valeur produites par d’autres ; que dans les deux cas nous achetons des marchandises avec des services productifs, et que nous pouvons en acheter d’autant plus que nous mettons dehors plus de services productifs.

Vous prétendez qu’il n’y a point de produits immatériels[1] : Hé, monsieur, originairement il n’y en a point d’autres. Un champ lui-même ne fournit à la production que son service, qui est un produit immatériel. Il sert comme un creuset dans lequel

  1. Page 49