Page:Say - Lettres à M. Malthus sur l’économie politique et la stagnation du commerce.djvu/46

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


productivement un capital, détruit le capital lui-même ; celui qui le consomme reproductivement, consomme le capital matériel, et, de plus, le service de ce capital, qui est un produit immatériel. Lorsqu’un teinturier met pour mille francs d’indigo dans sa chaudière, il consomme pour mille francs d’indigo, produit matériel ; et, de plus, il consomme le temps de ce capital, son intérêt. La teinture qu’il en retire lui rend la valeur du capital matériel qu’il a employé, et, de plus, la valeur du service immatériel de ce même capital.

Le service de l’ouvrier est encore un produit immatériel. L’ouvrier sort de sa manufacture, le soir, avec ses dix doigts, comme il y est entré le matin. Il n’a rien laissé de matériel dans ses ateliers. C’est donc un service immatériel qu’il a fourni à l’opération productive. Ce service est le produit journalier, annuel, d’un fonds que j’appelle ses facultés industrielles, et qui compose sa ri-