Page:Say - Mélanges et correspondance d’économie politique.djvu/19

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



En l’an V, la classe des sciences morales et politique de l’Institut avait mis au concours la question suivante : Quels sont les moyens de fonder la morale chez un peuple ? Cette question n’ayant produit aucun mémoire digne d’être couronné, la classe qui l’avait proposée la reproduisit l’année suivante, après l’avoir restreinte. Elle ne demanda plus par quels moyens, mais par quelles institutions on pouvait fonder la morale d’un peuple. Le concours ayant encore été sans résultat, la question fut proposée une troisième fois.

J.-B. Say se présenta à ce troisième concours, mais il ne fut pas plus heureux que les autres concurrens. La classe des sciences morales et politiques observa qu’elle avait demandé une théorie ou un système, et que l’auteur du mémoire lui avait présenté des tableaux. Ce mémoire, qui fut publié en l’an VIII, a pour titre : Olbie, ou Essai sur les moyens de réformer les mœurs. L’auteur suppose qu’un peuple, qu’il nomme les Olbiens, après s’être affranchi du joug qui avait pesé sur lui pendant des siècles, a pris les moyens les plus propres à réformer ses vices et à faire régner la vertu. Il cherche à faire voir comment ces moyens ont dû produire les résultats que s’en étaient promis ceux qui les avaient adoptés.

On voit, par quelques passages de cet écrit, que