Page:Say - Mélanges et correspondance d’économie politique.djvu/55

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


leurs salaires garantis par la concurrence, on ne peut entamer leur portion, leur propriété que par surprise ou par violence, comme font tous les voleurs de grand chemin ; ce qui ne convient a aucun gouvernement régulier. Dans tous les cas d’administration régulière, pour des taxes sur les consommations, ou sur les travaux, ou sur les loyers, ou sur les personnes, ou sur les revenus soit connus, soit présumés (income tax), ils les font payer avec raison, avec justice, et d’une manière inévitable, par leurs salarians.

Il ne dépend pas de ceux-ci de hausser, a cause de cela, le prix de leurs récoltes ; car il n’y a pour payer les récoltes que les récoltes plies-mêmes, ou directement par échanges, ou indirectement par leur métamorphose en travail, et en objets que le travail a fabriqués, dont les récolteurs ont fourni les consommations auxquelles elles ont ainsi prêté ou avancé leur valeur. Tous les acheteurs sont vendeurs ; tous les vendeurs sont acheteurs. Nul ne peut offrir ni donner plus qu’il n’a. Les prix sont réglés par le concours des productions et des marchandises que leurs propriétaires apportent au marché.

Les récolteurs qui, comme les autres, ont eu leurs capitaux et leurs travaux payés, ne