Page:Schelling - Bruno, 1845, trad. Husson.djvu/21

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



BRUNO
OU
DU PRINCIPE DIVIN ET NATUREL
DES CHOSES.



ALEXANDRE, ANSELME, LUCIEN, BRUNO.



Anselme.

Hier, en parlant de l’établissement des mystères, tu sus tellement nous attacher par ton discours sur la vérité et la beauté, que nous serions heureux de te voir aujourd’hui reprendre le même sujet.


Lucien.

Mon opinion était qu’un grand nombre d’ouvrages peuvent bien être d’une suprême vérité, sans que, pour cela, il soit permis de leur décerner le prix de la beauté.


Anselme.

Toi, Alexandre, tu prétendais, au contraire,