Page:Schwob - La Lampe de Psyché, 1906.djvu/25

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




Mime iii. Ouvre-nous ! enfant, enfant, ouvre-nous ! Ce sont les petits de l’hirondelle de bois. Elle est peinte, la tête rouge et les ailes bleues. Nous savons que les vraies hirondelles ne sont pas ainsi ; et, par Philomèle, en voici une qui tire sa ligne dans le ciel ; mais la nôtre est en bois. Enfant ! ouvre-nous, ouvre-nous ! enfant !

Nous sommes ici dix, vingt et trente qui portons l’hirondelle peinte pour vous annoncer le retour du printemps. Il n’y a pas encore de fleurs, mais recevez ces rameaux blancs et roses. Nous savons que vous faites cuire un estomac farci, des bettes au miel ; et votre esclave a acheté hier des loirs pour les confire dans le sucre. Gardez votre festin ; nous demandons peu