Page:Schwob - La Lampe de Psyché, 1906.djvu/47

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




Mime xii. Le tyran Polycrate commanda qu’on lui apportât trois flacons scellés contenant trois vins délicieux d’espèce différente. L’esclave diligent prit un flacon de pierre noire, un flacon d’or jaune, et un flacon de verre limpide ; mais l’échanson oublieux versa dans les trois flacons le même vin de Samos.

Polycrate considéra le flacon de pierre noire et fit mouvoir ses sourcils. Il brisa le sceau de gypse et flaira le vin. « Le flacon, dit-il, est de matière basse, et l’odeur de ce qu’il renferme m’est peu engageante. »

Il souleva le flacon d’or jaune et l’admira. Puis, l’ayant descellé : « Ce vin, dit-il, est certainement inférieur à sa belle enveloppe, riche