Page:Segard - Le Mirage perpétuel, 1903.djvu/20

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Saisir entre ses mains les algues, les roseaux,
Crier, jusqu’à couvrir le hurlement des flots,
Croire que les bateaux au large vous répondent,

Rencontrer une fille ardente, au corps nerveux,
Et tous deux renversés, écumant tous les deux,
Communier en elle avec l’âme du monde !