Page:Shûdraka - Le Chariot de terre cuite, trad. Barrucand.djvu/13

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
9
PRÉFACE

Hindous et l’une des plus grandes curiosités, que la littérature de l’Asie ait jamais produites.

« La poésie dramatique doit être immémorialement ancienne dans l’empire indien : l’invention en est communément attribuée à Bheret, sage que l’on considère comme un inspiré, et qui inventa aussi un système de musique qui porte son nom ; mais cette opinion est rendue très contestable par l’universelle croyance que le premier vers sanscrit qu’aient jamais entendu les mortels fut proféré dans un accès de colère par le grand Vâlmic, qui fleurissait dans l’âge d’argent du monde et composa un poème épique sur la guerre de son contemporain, Râma, roi d’Ayôdhyâ ; si bien qu’aucun drame en vers n’aurait été représenté avant lui ; et les Hindous ont une tradition, d’après laquelle la première pièce régulière, sur le même sujet que le Râmâyan, fut composé par Hanumatou Pâvan, qui commandait une armée