Page:Shakespeare, apocryphes - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1866, tome 1.djvu/7

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

il faut savoir à fond et l’œuvre et l’existence de ce maître, il faut s’être assimilé à lui par une longue familiarité, il faut s’être initié à ses diverses manières, être dans le secret des transformations successives de son génie, connaître les influences multiples qui à certaines époques ont pu agir sur lui, être le confident des faiblesses vraisemblables de son adolescence et des défaillances possibles de sa vieillesse, enfin avoir moralement vécu sa vie. Si Agésilas n’était pas signé, qui voudrait attribuer à l’illustre auteur du Cid cette aberration d’un talent en décrépitude ? Si le Médecin volant était anonyme, qui n’hésiterait à imputer à Molière ce péché de son extrême jeunesse ? Qui, dans certaine idylle de l’Almanach des muses avouée par l’écolier Chateaubriand, pourrait deviner le fier écrivain des Mémoires d’outre-tombe ? Et, sans des preuves irrécusables, qui de nous n’hésiterait à reconnaître dans les élucubrations d’un certain Horace de Saint-Aubin le créateur renommé du Père Goriot et d’Eugénie Grandet ?

La facilité des méprises, démontrée par tant d’exemples, doit donc nous mettre en garde et contre les dénégations et contre les affirmations trop hâtives. Ce n’est que par la plus scrupuleuse élucidation que peut être amoindrie, sinon dissipée, l’obscurité singulière que les siècles ont faite sur certaines productions de l’esprit humain. Si j’insiste expressément sur cette nécessité, c’est que la grande loi du doute méthodique précédant et guidant l’examen me paraît avoir été également mise en oubli par les deux écoles opposées qui, au delà de la Manche et au delà du Rhin, ont jusqu’ici apprécié les pièces attribuées à Shakespeare. — La critique allemande, par ses organes les plus accrédités, Schlegel, Lessing, Horn, Tieck, etc., a accepté d’emblée et admis par acclamation le Pseudo-Shakespeare à côté du vrai ; elle a traduit et introduit dans le théâtre authentique du maître tout un répertoire d’ouvrages, — comédies,