Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Guizot, Didier, 1862, tome 3.djvu/177

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


la dernière fois
que je l’ai vu, il était noirci comme celui de Vulcain par la fumée du
combat. Il était le capitaine d’un malheureux vaisseau qu’on méprisait
pour sa petitesse et le peu d’eau qu’il tirait ; et pourtant il aborda
avec tant de fureur le plus noble navire de notre flotte, que l’envie
même, et le parti vaincu, poussèrent des cris d’admiration à sa
gloire.--De quoi s’agit-il ?

PREMIER OFFICIER.--Orsino, voici cet Antonio qui prit le Phénix et
sa cargaison, à son retour de Candie ; et c’est encore lui qui monta à
l’abordage du Tigre, dans le combat où votre jeune neveu Titus perdit
une jambe : nous l’avons arrêté au milieu d’une querelle particulière,
dans les rues de cette ville, où il méprisait la honte et la convenance
comme un désespéré.

VIOLA.--Il m’a rendu service, seigneur : il a tiré l’épée pour ma
défense ; mais il a fini par m’adresser un discours si étrange que je ne
puis y comprendre autre chose, sinon que ce doit être du délire.

LE DUC, à Antonio.--Insigne pirate, voleur d’eau salée, quelle audace
insensée t’a conduit ici à la merci de ceux que tu as rendus tes ennemis
à des conditions si sanglantes et si cruelles ?

ANTONIO.--Orsino, noble seigneur, souffrez que je repousse les noms que
vous me donnez. Jamais Antonio ne fut un pirate ni un brigand, quoiqu’il
soit, je l’avoue, et cela par des motifs bien fondés, l’ennemi d’Orsino.
C’est un véritable enchantement qui m’a attiré ici : ce jeune homme,
qui est à côté de vous, le plus grand des ingrats, c’est moi qui
l’ai arraché aux gouffres écumants d’une mer furieuse : il avait fait
naufrage, et n’avait plus d’espoir ; je lui ai donné la vie, et j’ai
encore ajouté à ce don celui de mon amitié, sans restriction ni réserve,
en me dévouant entièrement à lui. C’est pour ses intérêts, par pur amour
pour lui, que je me suis exposé au danger d’entrer dans cette ville
ennemie. J’ai tiré l’épée pour le défendre quand il était attaqué ;
et c’est là que j’ai été arrêté ; et qu’inspiré par une perfide
dissimulation, il a refusé de prendre aucune part à mon danger, et m’a
renié pour être de sa connaissance ; il est devenu