Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Guizot, Didier, 1863, tome 4.djvu/343

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


soit instruit, et il le sera ; c’est à une femme que cet office sied le mieux, et je le prends sur moi. Si mes paroles sont emmiellées, que ma langue s’enfle et ne puisse jamais servir d’organe à ma colère enflammée.—Je vous prie, Émilie, présentez l’hommage de mon respect à la reine : si elle a le courage de me confier son petit enfant, j’irai le montrer au roi, et je me charge de lui servir d’avocat avec la dernière chaleur. Nous ne savons pas à quel point la vue de cet enfant peut l’adoucir : souvent le silence de la pure innocence persuade où la parole échouerait.

ÉMILIE.—Très-noble dame, votre honneur et votre bonté sont si manifestes que cette entreprise volontaire de votre part ne peut manquer d’avoir un succès heureux : il n’est point de dame au monde aussi propre à remplir cette importante commission. Daignez entrer dans la chambre voisine : je vais sur-le-champ instruire la reine de votre offre généreuse. Elle-même aujourd’hui méditait cette idée : mais elle n’a pas osé proposer à personne ce ministère d’honneur, dans la crainte de se voir refusée.

PAULINE.—Dites-lui, Émilie, que je me servirai de cette langue que j’ai : et s’il en sort autant d’éloquence qu’il y a de hardiesse dans mon sein, il ne faut pas douter que je ne fasse du bien.

ÉMILIE.—Que le ciel vous bénisse ! Je vais trouver la reine. Je vous prie, avancez un peu plus près.

LE GEÔLIER.—Madame, s’il plaît à la reine d’envoyer l’enfant, je ne sais pas à quel danger je m’exposerai en le permettant, n’ayant aucun ordre qui m’y autorise.

PAULINE.—Vous n’avez rien à craindre, mon ami : l’enfant était prisonnier dans le sein de sa mère ; et il en a été délivré et affranchi par les lois et la marche de la nature. Il n’a point part au courroux du roi : et il n’est pas coupable des fautes de sa mère, si elle en a commis quelqu’une.

LE GEÔLIER.—Je le crois comme vous.

PAULINE.—N’ayez aucune crainte : sur mon honneur, je me placerai entre vous et le danger. (Ils sortent.)