Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1872, tome 8.djvu/189

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Au valet.

Maraud, marche devant. Au moment où nous fermons la grille sur un soupirant, un autre frappe à la porte.

Ils sortent.

Scène III.


[Venise. Devant la maison de Shylock.]


Entrent Bassanio et Shylock.

SHYLOCK.

Trois mille ducats ! Bien.


BASSANIO.

Oui, monsieur, pour trois mois.


SHYLOCK.

Pour trois mois ? Bien.


BASSANIO.

Pour laquelle somme, comme je vous l’ai dit, Antonio s’engagera.


SHYLOCK.

Antonio s’engagera… Bien.


BASSANIO.

Pouvez-vous me rendre ce service ? Voulez-vous me faire ce plaisir ? Connaîtrai-je votre réponse ?


SHYLOCK.

Trois mille ducats, pour trois mois, et Antonio engagé.


BASSANIO.

Votre réponse à cela ?


SHYLOCK.

Antonio est bon.