Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1872, tome 8.djvu/474

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

sur eux tous, chassons-les de la maison et gardons-en possession jusqu’à ce que le roi ait redressé vos griefs.

Rosader se laissa persuader par Adam. À l’heure dite, arrivèrent tous les invités. Le couvert était mis dans la salle où Rosader était attaché, et Saladin montrait son frère à ses hôtes, le donnant pour lunatique. En vain Rosader protesta contre un pareil outrage et implora leur pitié. Tous, sans se soucier de lui, se mirent à table avec Saladin. Enfin, quand les fumées de la grappe eurent monté pêle-mêle à leurs cerveaux, ils se mirent à narguer Rosader par des propos satyriques. Adam à bout de patience donna le signal, et Rosader, secouant ses chaînes, saisit une hache d’armes, tomba sur les convives avec fureur, en blessa un bon nombre, en tua plusieurs, chassa de la maison son frère et le reste, puis ferma les portes. Saladin courut se plaindre au shérif du comté. Celui-ci, ajoutant foi à son récit, prit avec lui vingt-cinq grands gaillards et partit avec la détermination de rétablir Saladin en possession de son domaine. Informe de cette nouvelle, Rosader monta sur les créneaux de la maison et aperçut la troupe qui approchait. Se croyant suffisant pour tenir tête à tous, il prépara des armes pour lui et pour Adam Spencer, afin de ménager une bonne réception au shériff et à Saladin. À peine la bande fut-elle arrivée à la porte qu’il fondit sur elle à l’improviste, l’attaqua, en blessa plusieurs et dispersa le reste ; puis, accompagné d’Adam, il prit le chemin de la forêt des Ardennes. Le shériff, furieux de son échec, mit toute la contrée aux trousses des fugitifs. Mais ceux-ci, connaissant parfaitement les chemins secrets qui conduisaient à travers les vignobles, s’évadèrent par la province de Bordeaux et arrivèrent sans encombre à la forêt des Ardennes. Par malheur, croyant prendre un chemin de traverse pour gagner Lyon, ils