Page:Shakespeare - Œuvres complètes, traduction Hugo, Pagnerre, 1873, tome 12.djvu/64

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pas leur pardonner. D’ailleurs, évidemment, Shakespeare ne se sentait pas atteint par elles. Si de sa main magistrale il avait daigné retoucher les opuscules de ses rivaux, jamais il ne s’était glorifié de cette condescendance. L’écrivain qui avait déjà conçu Hamlet et jeté le plan de Roméo et Juliette ne devait certes pas tirer vanité de productions subalternes dont des exigences inconnues de nous lui avaient imposé la révision. Il est certain que Shakespeare, loin de les revendiquer, a désavoué, autant qu’il le pouvait, ces compositions hybrides. Jamais, rappelons-nous-le, il n’a permis qu’elles fussent publiées sous son nom. Vivant, il les a éliminées de son œuvre, et ce n’est que sept ans après sa mort qu’elles y ont été introduites.

La pensée de notre poëte, méconnue ou dénaturée par ses adversaires, semble avoir été parfaitement comprise par ses amis. En 1598, un critique anglais, grand admirateur de Shakespeare, Francis Meres, publiait dans son Trésor de l’esprit un catalogue des ouvrages jusque-là sortis de la plume du maître : parmi les drames historiques, il mentionnait Le roi Jean, Richard II, Henry IV, Richard III, et il ne nommait pas Henry VI. Cette omission ne vous paraît-elle pas bien significative ? Si Shakespeare était effectivement l’auteur reconnu de Henry VI, est-il probable que Meres, si enthousiaste et si déférent, eût passé sous silence une pièce qui avait été peu de temps auparavant représentée avec tant de fracas et avait déjà donné lieu à de si ardentes polémiques ? C’est un oubli, s’écrie M. Charles Knight. Mais est-il vraisemblable que Meres ait justement oublié le nom, le nom unique, qui devait compléter la liste, du reste fort exacte, des drames historiques déjà composés par Shakespeare [1] ?

  1. On se rappelle que Henry V ne fut achevé qu’en 1600.