Page:Shakespeare - Un songe de nuit d’été, trad. Spaak, 1919.djvu/33

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



CULASSE
Bon ; soit… Et quelle barbe ?… Orange ?…Je ne sais…

COING
Bon ; soit… Et quelle barbe ?… Orange ?… Je ne sais…

CULASSE

Ou bien pourpre ?… Nous en avons une superbe !…
Ou bien jaune citron comme un crâne français ?…


COING

J’en ai vu sans un poil ! Tu jouerais donc imberbe !…
Et maintenant, messieurs, vous emportez vos rôles ;
Mais il faut que chacun donne un bon coup d’épaule
Pour être prêt à temps ! Je nourris donc l’espoir
Que vous les connaîtrez, par cœur, pour demain soir !
Rendez-vous dans le bois du duc, aux environs
De la ville ; c’est là que nous répéterons !
Ici l’on n’est pas bien ; quelque mauvais sujet
Trouverait le moyen d’ébruiter nos projets.
Moi, je vais m’occuper de notre mise en scène !…


CULASSE
Excellent ! Le grand air convient quand on répète !…

COING
Adieu donc ! Et demain tous exacts au vieux chêne !

CULASSE
Entendu ! Fallût-il s’y rendre sur sa tête !
Ils sortent.