Page:Shelley - Œuvres en prose, 1903, trad. Savine.djvu/341

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
323
DE PERCY BYSSHE SHELLEY

tuations rares où la passion unit la force à la délicatesse. Il a marqué certains traits particuliers du caractère féminin avec une finesse et une vérité tout à fait exquises. Nous croyons que l’intéressant sujet des relations entre les sexes demande pour être heureusement traité l’emploi d’une intelligence ainsi organisée et douée. Cependant, à ce point de vue même, quelles lacunes elle présente ! Cette intelligence doit être pure des superstitions galantes qui sont de mode ; elle doit être exempte des sentiments sordides avec lesquels l’aveugle idolâtrie adore l’image et injurie le dieu, respecte l’empreinte et dégrade la réalité dont celle-ci est un emblème.

Nous n’hésitons pas à affirmer que l’auteur de ce volume est un homme bien doué. Ses facultés puissantes, quoique indisciplinées et la bouillante rapidité de ses conceptions donnent la vie à des scènes, à des situations, à des passions qui fournissent un aliment inépuisable à l’admiration et à l’enchantement. L’intérêt est profond et irrésistible. Un enchanteur du monde moral semble avoir évoqué tout ce qui est beau et étrange dans les formes pour tenir les facultés enchaînées dans la fascination et l’étonnement.