Page:Shelley - Frankenstein, ou le Prométhée moderne, trad. Saladin, tome 1.djvu/109

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
(109)


CHAPITRE III.


Depuis ce jour, je me livrai presqu’exclusivement à l’étude de la philosophie naturelle, et surtout de l’alchimie, dans le sens le plus étendu de ce mot. Je lus avec ardeur les ouvrages qui ont été composés sur cette science par les observateurs modernes, et où brillent à un haut degré leur génie et leur discernement. Je suivis les cours, je fréquentai les savans de l’université ; et je reconnus même en M. Krempe beaucoup de bon sens et un vrai savoir, joints, il est vrai,