Page:Shelley - Frankenstein, ou le Prométhée moderne, trad. Saladin, tome 1.djvu/63

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
(63)

qu’il entra, il eut sous les yeux le spectacle de la misère et du désespoir. Beaufort avait sauvé des restes de sa fortune, une très-petite somme d’argent, mais qui était suffisante pour le soutenir pendant quelques mois ; il espérait alors obtenir un emploi respectable dans la maison d’un négociant. En attendant, il n’avait pas d’occupation ; et, se livrant, dans son loisir, aux plus tristes pensées, il fut en proie au chagrin le plus profond et le plus cruel, et tellement accablé d’esprit, que trois mois après, il fut sur un lit de douleur, incapable d’aucun mouvement. Sa fille le soignait avec la tendresse la plus touchante, mais elle voyait avec douleur que leur petite somme diminuait ra-