Page:Shelley - Frankenstein, ou le Prométhée moderne, trad. Saladin, tome 1.djvu/85

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


la science de la philosophie naturelle, quoique je lusse encore avec plaisir Pline et Buffon, auteurs qui, suivant moi, étaient d’un intérêt et d’une utilité à peu près semblables.

Mes occupations, à cette époque, étaient principalement les mathématiques, et la plupart des branches d’étude qui appartiennent à cette science. Je m’occupais aussi beaucoup à apprendre les langues ; le Latin m’était déjà familier, et je commençais à lire quelques-uns des auteurs Grecs les plus faciles sans le secours d’un Lexicon. Je comprenais parfaitement aussi l’Anglais et l’Allemand. Voilà la nomenclature de ce que je savais à l’âge de dix-sept ans ; et vous devez penser que mes momens