Page:Shelley - Frankenstein, ou le Prométhée moderne, trad. Saladin, tome 1.djvu/98

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


la soirée comme il me plairait.

Le lendemain matin, je remis mes lettres d’introduction ; je ne manquai pas de rendre visite à quelques-uns des principaux professeurs, et entr’autres à M. Krempe, professeur de philosophie naturelle. Il me reçut avec politesse, et me fit plusieurs questions sur mes progrès dans les différentes branches de science qui appartiennent à la philosophie naturelle. Je lui nommai, non sans crainte et sans hésitation, les seuls auteurs que j’eusse jamais lus sur ce sujet. Le professeur me regarda fixement : « Avez-vous, dit-il, réellement perdu votre temps à étudier de pareilles absurdités » ?

— « Je vous ai dit la vérité », ré-