Page:Shelley - Frankenstein, ou le Prométhée moderne, trad. Saladin, tome 2.djvu/5

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
FRANKENSTEIN,


OU


LE PROMÉTHÉE MODERNE.


CHAPITRE VIII.


Rien n’est plus pénible pour le cœur de l’homme, que le calme glacial qui succède aux sentimens divers soulevés par une suite rapide d’événemens, et la certitude qui enlève en même temps l’espérance et la crainte. Justine n’était plus ! Et moi je vivais ! Le sang circulait librement dans mes veines ;

T. II