Page:Sicard - Le Laurier Noir, 1917.djvu/122

La bibliothèque libre.
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


L’homme est mort qui menait les troupeaux et la ferme.
L’épouse ne sachant à qui les confier
Regarde, lentement, l’horizon qui se ferme
Et n’ayant plus d’espoir recommence à prier.