Page:Siefert - Les Stoïques, 1870.djvu/23

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



IMMORTALITE.

C’était au lieu d’un chêne une forêt nouvelle.
Victor De Laprade.

Le chêne dans sa chute écrase le roseau,
Le torrent dans sa course entraîne l’herbe folle ;
Le passé prend la vie, & le vent la parole,
La mort prend tout : l’espoir & le nid & l’oiseau.

L’astre s’éteint, la voix expire sur les lèvres,
Quelqu’un ou quelque chose à tout instant s’en va.
Ce qui brûlait le cœur, ce que l’âme rêva,
Tout s’efface : les pleurs, les sourires, les fièvres.

Et cependant l’amour triomphe de l’oubli ;
La matière que rien ne détruit se transforme ;
Le gland semé’d'hier devient le chêne énorme,
Un monde’nouveau sort d’un monde enseveli.