Page:Siefert - Les Stoïques, 1870.djvu/68

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



A CE QUI N’EST PLUS.

Je sais l’art d’évoquer les minutes heureuses.
Charles Baudelaire.

iourquoi revenez-vous creuser mon souvenir,
O jours trop tôt perdus, ô trop chères pensées,
Images que le temps doit avoir effacées,
Mots que mon cœur avare a peine à contenir,
Pourquoi revenez-vous creuser mon souvenir ?

J’avais promis l’oubli qui console & qui tue,
L’oubli muet & calme aux flots profonds & lourds.
Les heures ont passé, je me souviens toujours,
Vous agitez encor mon âme combattue,
J’avais promis l’oubli qui console & qui tue.

Mon espoir est un rêve & mon rêve un secret,
Mes vers en sont l’écho, mais non la voix vibrante.