Page:Siefert - Les Stoïques, 1870.djvu/95

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



La Mort est multiforme, elle change de masque…
Théophile Gautier.

Un cimetière aux champs esc chose rassurante :
Ces tumuli cachés sous les ifs & les fleurs
Ont des airs innocents où l’âme indifférente
Lit volontiers : Vertu, paix, prières & pleurs.

En ville, un cimetière & sa foule encombrante
De marbres l’un sur l’autre entassés, de douleurs
Qu’étouffent mal les bruits de la vie expirante,
Éveillent dans l’esprit les doutes harceleurs.

Aux champs on peut s’étendre & s’endormir à l’aise,
Tout est calme & clarté. Mais au Père-Lachaise,
Le poëte qui songe, & va cherchant le beau,