Page:Siefert - Rayons perdus.djvu/134

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ENFANTINES.


I.

« Elle excuse tout, elle croit tout, elle espère tout, elle supporte tout. »

1 Corinthien, xiii, 7.     


La grand’mère s’était assise, avait tiré
Le saint livre du vieil étui tout déchiré,
Avait pris dans saint Paul à la première Épître
Dite « aux Corinthiens » le treizième chapitre,
Avait placé le livre ouvert sur ses genoux,
Puis appelé près d’elle, avec un ton très-doux,
Son petit-fils. L’enfant, de ses lèvres pourprées,
Épelait lentement les syllabes sacrées.
Il apprenait à lire & soupirait souvent
De prendre tant de peine à devenir savant,