Page:Siefert - Rayons perdus.djvu/136

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Sans parler à l’oiseau, sans réveiller le chat
Qui s’enfuirait au bruit de peur qu’on le touchât,
Ninon prend une chaise avec un air très-grave,
Tandis qu’à pas de loup Margot, furtive & brave,
Cherche un livre, le vient jeter sur mes genoux.
Et, rouge de plaisir, s’écrie : « Oh ! tiens, lis-nous
« Des vers bien beaux, veux-tu ? nous avons été sages. »
Et moi, baisant au front ces gracieux visages,
Si je demande : « Eh bien, qu’est-ce que vous voulez ?
« Quels vers aimez-vous mieux dans tous ceux-là ? parlez. »
Les deux mignonnes sœurs, de leurs voix argentines,
Ouvrant en même temps le livre aux Feuillantines,
Me répondent toujours : « Lis-nous, c’est si gentil,
« Monsieur Victor Hugo quand il était petit ! »


Mai 18…


III.

Margot rêve, sa tête penche
Vers l’épaule d’un air profond ;
Ses grands yeux d’un bleu de pervenche
Errent du plancher au plafond.