Page:Siefert - Rayons perdus.djvu/162

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Vous qui me plaignez, vos plus grands plaisirs
N’ont pour moi qu’ennui, vide & lassitude ;
Vous qui m’enviez, vos plus chers désirs
Sont-ils tous bornés à la solitude ?


Septembre 18…