Page:Silvestre - Les Ailes d’or, 1891.djvu/184

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
167
LES AILES D’OR

Celle que le ciseau para d’un éclat tel
Méritait bien l’honneur de ce buste immortel ;
Car l’art divin la fit aux déesses pareille.

Des vierges de Paros égalant la douceur,
Dans ce beau marbre pur, veillent, comme deux sœurs,
L’âme de Marguerite et l’âme de Mireille.