Page:Sorel - La Vraie histoire comique de Francion.djvu/308

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Nous dirons donc que Francion ne s’étonna point d’être vêtu comme il étoit, parce que Raymond et les autres gentilshommes l’étoient presque de pareille sorte. Les dames mêmes, qui n’étoient vêtues qu’à la légère et à l’ordinaire, furent menées dans une chambre où l’on leur avoit aussi apprêté des vêtemens à l’antique, parce qu’il n’y a rien qui fasse paroitre les femmes plus belles et plus majestueuses. Agathe vint alors faire la révérence à Francion, à qui elle conta qu’elle avoit été au château de Valentin lui faire accroire qu’elle vouloit mener sa nièce en pèlerinage à un lieu de dévotion, à dix lieues de là, et que, par ce moyen, elle l’avoit conduite chez Raymond, selon le complot qu’elle avoit fait à la taverne.

L’on lui dit, à cette heure-là, qu’il falloit qu’elle s’allât habiller comme les autres ; et, ne demandant pas mieux, afin de se voir brave encore une fois en sa vie, elle quitta Francion : un peu après elle revint, toute transportée d’aise, dire à tous les hommes qu’ils la suivissent vitement, et qu’elle leur montreroit quelque chose de beau. Une des dames étoit sortie de la chambre, où étoient toutes les autres, et s’étoit mise dans une qui étoit devant, pour s’y accommoder toute seule avec plus de liberté. Elle n’avoit rien que sa chemise, qu’elle ôta pour en secouer les puces, et, toute nue comme elle étoit, se mit après à frotter ses cuisses pour en ôter la crasse, et à rogner les ongles de ses pieds. Agathe ouvrit tout d’un coup la porte, dont elle avoit la clef ; et la pauvrette, oyant la voix des hommes qui venoient, chercha quelque chose pour se couvrir ; mais Agathe lui écarta tous ses habillemens. Elle étoit assise sur un lit où il n’y avoit ni ciel ni rideaux ; l’on n’y avoit laissé que la paillasse et le chevet, qu’elle s’avisa de prendre et le mettre sur sa tête pour se la cacher, de sorte que l’on ne la reconnut point. Étant à la ruelle, elle empoigna un des piliers du dossier de la couche ; si bien que l’on ne la voyoit que par derrière. Chacun se prit à rire à la vue de ce bel objet, et l’on demanda à Agathe qui étoit cette dame. Elle répondit qu’elle n’en diroit rien, puisqu’elle avoit sçu si bien se cacher. Mais, ce dit Raymond, elle ne se cache qu’à la manière de certains oiseaux, qui croient que tous leurs petits membres ne peuvent plus être vus de personne, lorsqu’ils ont caché leur tête. Il n’est pas de même