Page:Spyri - Encore Heidi, 1882.pdf/132

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 120 —

précautions ne seront pas inutiles ; en cela nous sommes d’accord.

Tout en parlant, les deux interlocuteurs étaient remontés à la fenière et étendaient les châles l’un après l’autre sur le foin ; il y en avait tant, que le lit eut bientôt l’air d’une vraie forteresse.

— Et maintenant, que le foin me pique s’il peut ! dit la grand’maman en passant sa main sur toute la surface du lit ; mais le rempart était impénétrable, rien, ne pouvait percer au travers.

Elle redescendit de la fenière fort satisfaite et sortit auprès des enfants. Les deux fillettes assises côte à côte, le visage rayonnant, arrangeaient déjà tout ce qu’elles feraient du matin au soir pendant que Clara serait sur l’alpe. Mais combien de temps resterait-elle ? C’était la grande question, qui fut immédiatement posée à la grand’maman. Celle-ci déclara que le grand-père devait lui-même y répondre ; il s’approchait justement ; on lui fit la demande, et il fut d’avis que quatre semaines seraient nécessaires pour juger de l’effet que l’air de l’alpe aurait produit sur la petite demoiselle. La joie des enfants fut alors à son comble, car la perspective de ces quatre