Page:Spyri - Encore Heidi, 1882.pdf/154

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 140 —

ce n’était pas pour procurer à l’armée des chèvres un bon repas commode qu’il avait grimpé tout en haut des rochers à la recherche des herbes rares ; elles étaient destinées à Blanchette dont elles devaient rendre le lait encore plus fortifiant. Du reste, on pouvait constater chez la chevrette le résultat de ces soins tout particuliers : elle jetait sa tête en arrière d’un mouvement plus vif, et ses yeux brillaient d’un feu inaccoutumé.

Il y avait déjà trois semaines que Clara était sur l’alpe. Depuis plusieurs jours, le grand-père en la descendant le matin pour l’asseoir dans son fauteuil lui disait :

— La petite demoiselle ne veut-elle pas essayer une fois de se tenir debout ?

Clara essayait bien d’accéder à son désir, mais elle s’écriait tout de suite :

— Oh ! cela fait trop mal ! — et se cramponnait à lui.

Cependant il lui faisait renouveler cette tentative chaque jour un peu plus longtemps.

Il y avait bien des années que l’alpe n’avait vu un si bel été ; un soleil éblouissant brillait chaque