Page:Spyri - Encore Heidi, 1882.pdf/204

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 188 —

pour y trouver un pareil bonheur faisait bondir le cœur de l’enfant.

La grand’maman mena alors son fils auprès du Vieux. Ils se serrèrent cordialement la main, et Mr Sesemann exprima au grand-père sa profonde gratitude et sa surprise à la vue du miracle dont il était témoin. La grand’maman qui avait déjà entendu tous les détails de l’affaire, les laissa en parler tout au long et s’éloigna un peu pour faire encore une visite aux vieux sapins. Une nouvelle surprise l’y attendait : au pied des arbres, juste à l’endroit où les longues branches s’écartaient un peu et laissaient un espace libre, resplendissait une énorme touffe des plus magnifiques gentianes bleu foncé, aussi fraîches et aussi éclatantes que si elles eussent poussé sur place. Elle joignit les mains d’admiration.

— Que c’est délicieux ! quelles belles fleurs ! Oh ! le charmant coup d’œil ! Heidi, ma chère enfant, arrive ici ! est-ce toi qui as préparé cette jolie surprise à mon intention ? C’est vraiment magnifique !

Les enfants étaient accourues.