Page:Spyri - Encore Heidi, 1882.pdf/79

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 69 —

— Viens, à présent ! — et ils se mirent en route.

Heidi avait beaucoup de choses à communiquer à Pierre sur Blanchette et Brunette ; elle lui raconta que le premier jour elles n’avaient rien voulu manger dans leur nouvelle étable, qu’elles étaient restées jusqu’au soir la tête basse, sans faire entendre le moindre bêlement ; elle avait demandé au grand-père pourquoi les chèvres faisaient ainsi, et il avait répondu qu’elles étaient comme Heidi à Francfort, car c’était la première fois de leur vie qu’elles quittaient l’alpe. Et Heidi ajouta : « Si tu savais seulement une fois comment ça fait, Pierre ! »

Ils étaient presque arrivés en haut sans que Pierre eût prononcé une syllabe ; il semblait plongé dans quelque profonde pensée qui l’empêchait de bien écouter comme d’habitude. Arrivé devant la cabane, il s’arrêta court et dit enfin d’un ton revêche :

— Alors j’aime encore mieux aller à l’école que d’entrer vers le Vieux chercher ce qu’il a dit !

Heidi fut du même avis et l’affermit de tout son pouvoir dans sa résolution.