Page:Stendhal - Armance, Lévy, 1877.djvu/24

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


et il est ravi. Je pense qu’il est payé en vanité et par le plaisir de dire d’un air important : Il faut que j’aille à Montbonot.

» Dans ce troisième étage de la rue Chenoise se passèrent les moments les plus heureux de ma vie… J’étais fort timide envers mademoiselle V… dont j’admirais le sein naissant. Le sévère R… aurait vu de fort mauvais œil que je fisse la cour à sa sœur ; B. me le fit entendre, et ce fut le seul point sur lequel il n’y eut pas franchise complète entre nous. Souvent, vers la chute du jour, après la promenade, comme je faisais mine de monter chez mes amis, je recevais un adieu hâtif qui me contrariait fort.

» La famille B. avait reçu saint Bruno à la Grande Chartreuse en 1080 ; rien n’était mieux prouvé. »

Au milieu de ce grand nombre d’enfants venus de tous côtés pour suivre les cours de l’École centrale, Beyle distingua particulièrement le jeune de la Bayette de Brest, neveu de l’amiral Morard de Galles, transplanté, je ne sais trop comment à Grenoble, pour y faire les études qui devaient lui donner l’entrée de l’école polytechnique. C’était, en effet, un être singulièrement attachant que la Bayette ; il était bon, aimant, plein de naturel, de sincérité, d’expansion, avec une grande noblesse de sentiments et de manières. Il avait une âme tendre, non susceptible peut-être de passion profonde, mais donnant de l’élégance à son expression.

Nous ne pouvions, Beyle et moi, nous éloigner sans regrets, de la petite chambre au troisième étage, qu’il occupait sur la place derrière Saint-André. De sa croisée on voyait promener dans le bois (la partie basse) du jardin de ville.

Un de nos plus grands plaisirs était de partager le goûter de pommes et de pain bis de notre ami. Quelquefois même nous faisions des pique-niques, à cinq ou six sous par tête, pour manger ensemble du fromage du Mont-d’Or avec des griches[1], le tout arrosé de quelques gorgées d’un petit vin blanc assez âpre, mais qui nous semblait délicieux.

M. Gagnon le père, comme on sait, adorait les lettres et

  1. Nom que portent à Grenoble les petits pains.