Page:Stendhal - Journal, I, 1937, éd. Martineau.djvu/379

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de Tracy et Maine de Biran, 13 livres.

Acheté le 1er pluviôse [21 janvier 1805] Werther, bonne traduction de Sevelinges. Si j’osais write as I pense, I did write as this youngman[1]. 4 livres 10 sous.

Pacé me montre le 28 ou 29 nivôse [18 ou 19 janvier 1805] le plan de la première scène de sa comédie intitulée la Vengeance. Cette comédie a le même mérite parmi les pièces que son auteur parmi les hommes. Elle est parfaitement lui, c’est naïvement sa nature.

Il n’a, ce me semble, de portée de l’art que l’extrême attention qu’il donne et fait donner par ses personnages à la signification de chaque mot, comme dans le monde.

Nous parlons beaucoup de Duchesnois dans Monime.

Lafond est l’acteur le plus français que je connaisse, sa déclamation a absolument tous les défauts et toutes les beautés de la poésie française (Racine, Voltaire et toute la bande, Corneille, Crébillon, génies originaux dans leur nation). On peut lire, en suivant cette idée, les vices de la poésie française dans les gestes de Lafond.

  1. Si j’osais écrire comme je pense, j’écrirais comme ce jeunehomme.