Page:Stendhal - La Chartreuse de Parme, II, 1927, éd. Martineau.djvu/6

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



STENDHAL

LA
CHARTREUSE
DE PARME

Par ses cris continuels, cette république nous empêcherait de jouir de la meilleure des monarchies.
(Tome II, page 320.)


II



PARIS
LE DIVAN
37, Rue Bonaparte, 37

MCMXXVII