Page:Stendhal - Mémoires d’un Touriste, II, Lévy, 1854.djvu/254

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
248
ŒUVRES DE STENDHAL.

la hardiesse du plan, par l’habileté de l’exécution et par la finesse du travail.


— Lyon,..... 1837.

On dirait que l’étude des antiquités détruit nécessairement dans la tête d’un homme la faculté de raisonner, tant ces savants deviennent gobe-mouches et bientôt pédants et académiciens (c’est-à-dire, n’osant plus dire la vérité sur rien, de peur d’offenser un collègue).

Un savant en ogive, que je rencontre en Suisse, et d’après lequel j’ai esquissé ce caractère, me dit : « Vous n’aurez jamais rien vu de beau si vous n’allez à Notre-Dame de Brou (en Bresse). » Je n’en ai pas le temps (ou plutôt je n’ai pas assez de respect pour le mérite de la difficulté vaincue en sculpture).

Notre-Dame de Brou est la dernière église inspirée par le génie gothique ; elle fut commencée en 1511 (Raphaël, né en 1483, avait alors vingt-huit ans ; la lumière régnait en Italie ; les Gaules étaient encore dans les ténèbres)[1]. Les curieux peuvent demander dans une bibliothèque la bonne Histoire que le père Rousselet a donnée de l’église royale de Brou. Qu’on juge de la patience des ouvriers et du goût des princes qui payaient : tout ce qui semblerait difficile à exécuter en métal, à Brou on le trouve exécuté en marbre. Il y a des feuilles de vigne éloignées de trois pouces du bloc de marbre duquel on les a tirées, et tout le chœur, long de quatre-vingt-dix-sept pieds, est de ce travail. Cette patience, cette abnégation, plus que monastique, peuvent-elles s’allier avec le moindre génie ? Dans un autre genre, cette patience sublime donne le talent de ces littérateurs d’Académie, que la monarchie absolue aime tant à récompenser.

  1. La restauration de la façade principale de l’église de Brou a été achevée vers la fin du mois de septembre 1851. Toutes les parties ornementées sont rendues à leur élégance primitive. Le 12 octobre 1851, la statue de saint André, qui orne et domine cette façade, a repris sa place à la suite d’une cérémonie religieuse.